Bienvenue dans Blog Transformation métier et IT

annuler
Affichage des résultats de 
Rechercher plutôt 
Vouliez-vous dire : 

Prendre de meilleures décisions grâce à l’architecture d’entreprise

1
0
illu-blog-route-non-empruntée-EA.jpg

Et, cela me fait penser au poème de Robert Frost « la route non empruntée » (titre original : "The road not taken"). Ce poème raconte l’histoire d’un voyageur qui se trouve à l’intersection de deux chemins dans les bois et qui doit choisir entre l’un d’eux. Il finit par choisir un peu au hasard car les deux chemins se ressemblent. Le voyageur se promet de garder l’autre pour un autre jour tout en sachant qu’il n’aura probablement jamais l'opportunité de le faire, parce que son choix de chemin l’entraînera vers d'autres intersections et d'autres décisions. Le poème se termine par une note nostalgique, se demandant comment les choses auraient été s'il avait choisi l'autre option.

Ce poème aborde le thème de la prise de décision, et comment il est parfois difficile de faire un choix en étant conscient qu’il sera difficile d’y revenir. A-t-on pour autant toutes les bonnes informations en sa possession lors de la prise de décision ?

Un classement en trois catégories peut se faire :

  • Les prises de décisions où il n’y a aucune incertitude, par exemple décider de prendre un chemin à une intersection lorsqu’il y a un panneau qui indique clairement la direction.
  • Les prises de décision où l’incertitude est limitée ou quantifiable. C’est le cas par exemple où plusieurs routes sont possibles et l’on cherche à réduire l’incertitude avec une carte ou un GPS. L’incertitude ne devient cependant pas nulle car l’on ne sait pas si sur le chemin qu’on a choisi, le dénivelé sera important ou si le paysage est plus varié.
  • Enfin la dernière catégorie concerne les prises de décisions ou l’incertitude est infinie. Ce serait le cas lorsque la nuit tombe et que l’on est sans GPS, sans carte et sans panneau. Il ne reste plus qu’à se fier à son instinct !

Nous sommes tous confrontés à la prise de décision, aussi bien dans notre vie personnelle que dans la vie professionnelle. Comment s’assurer de faire les bons choix au moment de l’initiation d’un projet de transformation digitale d’une entreprise – pour faire référence à une question à laquelle beaucoup d’entreprise se trouve confrontée aujourd’hui ?

L’architecture d’entreprise peut fonctionner comme un GPS pour une entreprise et le guider dans ses choix au fur et à mesure des différentes étapes à traverser, en réduisant l’incertitude et en fournissant les informations nécessaires à la bonne évaluation des différentes possibilités.

Au niveau métier, l’architecture d’entreprise va permettre aux entreprises de définir leur stratégie et de clarifier leur vision, mission et objectifs grâce à l’évaluation des facteurs de changements tel que des facteurs métiers ou de régulation.

L’architecture d’entreprise va permettre de planifier les capacités métiers nécessaires pour atteindre les objectifs définis, et de définir une stratégie et une tactique pour chaque objectif.

Une fois les capacités métier planifiés, les directions informatiques vont pouvoir planifier les fonctionnalités IT, les applications, les technologies et l’infrastructure nécessaires pour pouvoir supporter les métiers.

L’architecture d’entreprise fournit ainsi aux organisations des feuilles de route métier et IT claires qui laissent peu de place à l’incertitude. Couplé à la gestion des risques métier et IT, l’architecture d’entreprise permet de réduire les risques inhérents à toute transformation en évaluant leur impact et leur probabilité, et en mettant en place des plans d’actions visant à réduire ces risques.

En conclusion, les entreprises doivent être à même d’améliorer leur prise de décision stratégique et de réduire l’incertitude lié à ces prises de décision. L’architecture d’entreprise est un moyen d’atteindre cet objectif en construisant et en communiquant des feuilles de route métier et IT claires et précises.

L’architecture d’entreprise fonctionne comme un GPS qui permet aux organisations de mieux savoir quel chemin prendre lorsqu’elles se retrouvent en face de choix stratégiques, et donc de démentir le poème de Robert Frost !

Comment
MEGA

Et, cela me fait penser au poème de Robert Frost « la route non empruntée » (titre original : "The road not taken"). Ce poème raconte l’histoire d’un voyageur qui se trouve à l’intersection de deux chemins dans les bois et qui doit choisir entre l’un d’eux. Il finit par choisir un peu au hasard car les deux chemins se ressemblent. Le voyageur se promet de garder l’autre pour un autre jour tout en sachant qu’il n’aura probablement jamais l'opportunité de le faire, parce que son choix de chemin l’entraînera vers d'autres intersections et d'autres décisions. Le poème se termine par une note nostalgique, se demandant comment les choses auraient été s'il avait choisi l'autre option.

Ce poème aborde le thème de la prise de décision, et comment il est parfois difficile de faire un choix en étant conscient qu’il sera difficile d’y revenir. A-t-on pour autant toutes les bonnes informations en sa possession lors de la prise de décision ?

Un classement en trois catégories peut se faire :

  • Les prises de décisions où il n’y a aucune incertitude, par exemple décider de prendre un chemin à une intersection lorsqu’il y a un panneau qui indique clairement la direction.
  • Les prises de décision où l’incertitude est limitée ou quantifiable. C’est le cas par exemple où plusieurs routes sont possibles et l’on cherche à réduire l’incertitude avec une carte ou un GPS. L’incertitude ne devient cependant pas nulle car l’on ne sait pas si sur le chemin qu’on a choisi, le dénivelé sera important ou si le paysage est plus varié.
  • Enfin la dernière catégorie concerne les prises de décisions ou l’incertitude est infinie. Ce serait le cas lorsque la nuit tombe et que l’on est sans GPS, sans carte et sans panneau. Il ne reste plus qu’à se fier à son instinct !

Nous sommes tous confrontés à la prise de décision, aussi bien dans notre vie personnelle que dans la vie professionnelle. Comment s’assurer de faire les bons choix au moment de l’initiation d’un projet de transformation digitale d’une entreprise – pour faire référence à une question à laquelle beaucoup d’entreprise se trouve confrontée aujourd’hui ?

L’architecture d’entreprise peut fonctionner comme un GPS pour une entreprise et le guider dans ses choix au fur et à mesure des différentes étapes à traverser, en réduisant l’incertitude et en fournissant les informations nécessaires à la bonne évaluation des différentes possibilités.

Au niveau métier, l’architecture d’entreprise va permettre aux entreprises de définir leur stratégie et de clarifier leur vision, mission et objectifs grâce à l’évaluation des facteurs de changements tel que des facteurs métiers ou de régulation.

L’architecture d’entreprise va permettre de planifier les capacités métiers nécessaires pour atteindre les objectifs définis, et de définir une stratégie et une tactique pour chaque objectif.

Une fois les capacités métier planifiés, les directions informatiques vont pouvoir planifier les fonctionnalités IT, les applications, les technologies et l’infrastructure nécessaires pour pouvoir supporter les métiers.

L’architecture d’entreprise fournit ainsi aux organisations des feuilles de route métier et IT claires qui laissent peu de place à l’incertitude. Couplé à la gestion des risques métier et IT, l’architecture d’entreprise permet de réduire les risques inhérents à toute transformation en évaluant leur impact et leur probabilité, et en mettant en place des plans d’actions visant à réduire ces risques.

En conclusion, les entreprises doivent être à même d’améliorer leur prise de décision stratégique et de réduire l’incertitude lié à ces prises de décision. L’architecture d’entreprise est un moyen d’atteindre cet objectif en construisant et en communiquant des feuilles de route métier et IT claires et précises.

L’architecture d’entreprise fonctionne comme un GPS qui permet aux organisations de mieux savoir quel chemin prendre lorsqu’elles se retrouvent en face de choix stratégiques, et donc de démentir le poème de Robert Frost !