annuler
Affichage des résultats de 
Rechercher plutôt 
Vouliez-vous dire : 

Pour ne pas rater votre transformation digitale, rationalisez votre portefeuille IT

Rationalisez le portefeuille IT pour réussir sa transformation digitale
11800
0

Rationaliser grâce à la gestion du portefeuille applicatif …

Pour ceux qui sont encore en train de faire leurs valises, l’analyste Gartner John-David Lovelock les presse : "il est plus qu’urgent pour les entreprises d’investir dans l’IT afin de soutenir leur transformation numérique. Les dirigeants le savent : soit ils se transforment, soit ils s’exposent à perdre toute légitimité". 

Mais dans le dernier "IT spending forecast" de Gartner, moins de 10% des entreprises s’engagent dans l’optimisation de leurs dépenses IT ou leur réduction. Optimiser ses dépenses IT veut dire les rationaliser. Mais rationaliser ne veut pas dire réduire ses équipes ou ses achats. C’est optimiser son SI et le préparer au grand saut dans la transformation digitale. Cela passe par trois étapes :

  • La modélisation du portefeuille applicatif, des processus et des capacités qu’il soutient
  • L’identification des infrastructures et applications à transformer
  • La comparaison de scénarios de transformation

Grâce à une vision exhaustive de son parc applicatif, la DSI peut identifier les redondances et obsolescences, et intégrer les systèmes back end aux nouveaux systèmes d’engagement (internet, applications mobiles, sites web). En effet ces derniers doivent régulièrement évoluer, et si le système d’information qui le sous-tend a été correctement inventorié, ces changements sont plus faciles à intégrer dans le back office. La DSI peut alors considérablement réduire ses coûts, et devenir beaucoup plus flexible. Les économies générées serviront aux investissements nécessaires à la transformation digitale, et les gains de flexibilité permettront d’assurer l’agilité des applications qui soutiennent les nouvelles initiatives métier. Ce sont les pratiques de l’architecture d’entreprise et de la gestion du portefeuille IT (ou ITPM : IT Portfolio Management) qui permettent cette rationalisation du parc applicatif.

… Et éviter les écueils

Peu d’entreprises rationalisent leurs coûts IT, donc leur parc applicatif, et pourtant, selon une étude Forrester commissionnée par Accenture, 63% des entreprises prévoient d’améliorer leur expérience client dans l’année… Comment les entreprises qui ne rationalisent pas leur parc applicatif peuvent-elles escompter réussir leur transformation digitale ? Car ne pas le faire revient à travailler en aveugle. Il est toujours possible de réaliser une transformation digitale sans rationaliser le portefeuille IT– ce qui implique alors de grandes dépenses - mais les entreprises qui le font s’exposent au risque quasi certain que l’expérience digitale de leurs clients soit de qualité bien inférieure à celles qu’ils trouveront chez leurs concurrents, à cause d’applications qui fonctionneront mal ou pas du tout.

Les entreprises savent toutes qu’elles doivent se transformer, seules celles qui préparent cette transformation en rationalisant le parc informatique pourront assurer leur performance et leur compétitivité.

 

11800
0
Comment

Rationaliser grâce à la gestion du portefeuille applicatif …

Pour ceux qui sont encore en train de faire leurs valises, l’analyste Gartner John-David Lovelock les presse : "il est plus qu’urgent pour les entreprises d’investir dans l’IT afin de soutenir leur transformation numérique. Les dirigeants le savent : soit ils se transforment, soit ils s’exposent à perdre toute légitimité". 

Mais dans le dernier "IT spending forecast" de Gartner, moins de 10% des entreprises s’engagent dans l’optimisation de leurs dépenses IT ou leur réduction. Optimiser ses dépenses IT veut dire les rationaliser. Mais rationaliser ne veut pas dire réduire ses équipes ou ses achats. C’est optimiser son SI et le préparer au grand saut dans la transformation digitale. Cela passe par trois étapes :

  • La modélisation du portefeuille applicatif, des processus et des capacités qu’il soutient
  • L’identification des infrastructures et applications à transformer
  • La comparaison de scénarios de transformation

Grâce à une vision exhaustive de son parc applicatif, la DSI peut identifier les redondances et obsolescences, et intégrer les systèmes back end aux nouveaux systèmes d’engagement (internet, applications mobiles, sites web). En effet ces derniers doivent régulièrement évoluer, et si le système d’information qui le sous-tend a été correctement inventorié, ces changements sont plus faciles à intégrer dans le back office. La DSI peut alors considérablement réduire ses coûts, et devenir beaucoup plus flexible. Les économies générées serviront aux investissements nécessaires à la transformation digitale, et les gains de flexibilité permettront d’assurer l’agilité des applications qui soutiennent les nouvelles initiatives métier. Ce sont les pratiques de l’architecture d’entreprise et de la gestion du portefeuille IT (ou ITPM : IT Portfolio Management) qui permettent cette rationalisation du parc applicatif.

… Et éviter les écueils

Peu d’entreprises rationalisent leurs coûts IT, donc leur parc applicatif, et pourtant, selon une étude Forrester commissionnée par Accenture, 63% des entreprises prévoient d’améliorer leur expérience client dans l’année… Comment les entreprises qui ne rationalisent pas leur parc applicatif peuvent-elles escompter réussir leur transformation digitale ? Car ne pas le faire revient à travailler en aveugle. Il est toujours possible de réaliser une transformation digitale sans rationaliser le portefeuille IT– ce qui implique alors de grandes dépenses - mais les entreprises qui le font s’exposent au risque quasi certain que l’expérience digitale de leurs clients soit de qualité bien inférieure à celles qu’ils trouveront chez leurs concurrents, à cause d’applications qui fonctionneront mal ou pas du tout.

Les entreprises savent toutes qu’elles doivent se transformer, seules celles qui préparent cette transformation en rationalisant le parc informatique pourront assurer leur performance et leur compétitivité.