annuler
Affichage des résultats de 
Afficher  uniquement  | Rechercher plutôt 
Vouliez-vous dire : 

Gérer les standards technologiques avec l'architecture d'entreprise

Gérer les standards technologiques avec l'architecture d'entreprise.jpg
6282
0

Les départements IT sont confrontés à plusieurs défis

Les changements constants, les développements agiles, les fusions et acquisitions rendent difficile la maîtrise de toutes les technologies utilisées dans l’entreprise. La plupart du temps, les départements IT sont confrontés aux problèmes suivants :

Non-respect de la politique IT de l'entreprise

Les projets informatiques utilisent des technologies qui ne respectent pas les règles définies par le département IT. En plus d'être risquées, ces technologies peuvent être incompatibles ou incohérentes avec le portefeuille IT existant. La dette informatique augmente en conséquence car les standards technologiques ne sont pas correctement appliqués.

Shadow IT

Les départements IT ne sont pas au courant des technologies utilisées par les équipes de développement ou les autres services de l'entreprise, ce qui augmente le risque de non-conformité ainsi que des flux de données non contrôlées.

Augmentation des risques informatiques

L'utilisation de technologies qui ne sont pas recommandées ou obsolètes augmente les risques IT pouvant entraîner de graves problèmes de sécurité. Si les technologies ne sont pas mises à jour régulièrement, des anomalies mineures à première vue peuvent rapidement conduire à des réactions en chaîne aux conséquences majeures.

Reprendre le contrôle du portefeuille technologique de l'entreprise

Pour reprendre le contrôle du portefeuille de technologies, rationaliser le nombre de technologies et veiller à ce que toutes les parties prenantes de l'entreprise utilisent des technologies approuvées, les architectes d'entreprise doivent s’assurer de mettre en place les points suivants :

1.    Faire l’inventaire des technologies

L'inventaire des technologies incluant les cycles de vie (date de sortie, fin de vie) et les éditeurs, permettent aux architectes d'entreprise d’avoir une vue globale des technologies utilisées dans l’entreprise.

Cet inventaire peut être réalisé grâce aux informations extraites de CMDB présentes dans l’entreprise. D’autre part, des bibliothèques externes contenant des informations sur les cycles de vie permettent de compléter cet inventaire.

Les technologies en cours de demande par les différents services (équipes de développement, architectes, équipes de projet locales), mais pas encore en production ni standardisées, doivent aussi être ajoutées à cet inventaire.

Une fois l’inventaire terminé, les technologies sont reliées aux applications par les architectes d’entreprise, elles-mêmes reliées aux capacités métiers qu’elles soutiennent. Grâce à ce mappage, les architectes d'entreprise peuvent clairement comprendre l'impact d'une technologie sur les métiers.

 

2. Définir les standards technologiques

Les architectes d'entreprise sélectionnent les technologies à évaluer en tant que standard, en fonction de l'inventaire actuel ou des demandes formulées par les équipes de développement ou d’autre services.

Pour évaluer ces technologies, divers paramètres peuvent être pris en compte, tels que les applications qu’elles soutiennent et, indirectement, les capacités métier, la dépendance à un éditeur logiciel ou leur cycle de vie. Les architectes d’entreprise peuvent ainsi mettre à jour le cycle de vie d’une technologie comme suit :

  • Envisagée : la technologie est actuellement évaluée pour une utilisation future.
  • Émergente : la technologie n’est pas encore complètement connue ni pleinement déployée.
  • Confirmée : la technologie est disponible et les différentes parties prenantes de l’entreprise ont une bonne connaissance de la technologie.
  • Obsolète : la technologie est obsolète et peut être risquée. Elle doit être retirée et remplacée.

Une fois l'évaluation terminée, l'architecte d'entreprise peut décider si les technologies sont conformes ou non aux standards de l'entreprise, et définissent un état pour chaque technologie :

  • Approuvée : cet état est donné pour les technologies reconnues comme étant un standard et devant être utilisées.
  • Autorisée : cet état concerne les technologies dont l'utilisation est autorisée mais pas recommandée. Certaines restrictions peuvent s'appliquer, par exemple une formation spécifique est requise ou la technologie est sur le point de ne plus être supportée.
  • Interdite : cet état concerne les technologies non autorisées. Les technologies interdites doivent être clairement communiquées au sein de l’entreprise.

 

3. Communiquer l’état du portefeuille technologique dans l’entreprise

Une fois que l’état des technologies a été défini, les architectes d’entreprise peuvent le communiquer avec les différentes parties prenantes de l’entreprise en veillant à ce qu’elles n’utilisent pas de technologies interdites. Le statut technologique peut être partagé via un portail accessible à l'ensemble de l’entreprise ou au sein d'outils utilisés quotidiennement.

 

4. Planifiez les projets de suppression ou de mise à jour des technologies

Pour supprimer ou mettre à jour les technologies utilisées, il est recommandé de créer un portefeuille de projets qui décrivent la raison pour laquelle une technologie doit être supprimée ou mise à jour, ainsi qu'un calendrier, les coûts et les ressources impliquées.

Les projets peuvent ensuite être hiérarchisés en fonction de divers critères tels que l'alignement stratégique et l'impact métier. Une fois la hiérarchisation terminée, les architectes d'entreprise peuvent suivre leur exécution jusqu'à leur achèvement. Cette étape permet aux départements IT de mettre à jour ou supprimer efficacement les technologies à partir des recommandations des architectes d’entreprise.

 

À l'ère digitale, les entreprises se doivent de fournir des produits plus rapidement et de façon agile. Grâce à la définition de standards technologiques, les architectes d’entreprise permettent aux entreprises de réduire le nombre de technologies, ainsi que leurs coûts, tout en garantissant que les projets utilisent des technologies approuvées ou autorisées. En gérant un nombre limité de technologies, les équipes de développement sont mieux formées pour les utiliser. Globalement, cela permet de réduire les risques technologiques tout en réalisant d'importantes économies d'échelle, de sorte que les entreprises fournissent des produits plus cohérents avec une expérience client améliorée.

6282
0
Comment

Les départements IT sont confrontés à plusieurs défis

Les changements constants, les développements agiles, les fusions et acquisitions rendent difficile la maîtrise de toutes les technologies utilisées dans l’entreprise. La plupart du temps, les départements IT sont confrontés aux problèmes suivants :

Non-respect de la politique IT de l'entreprise

Les projets informatiques utilisent des technologies qui ne respectent pas les règles définies par le département IT. En plus d'être risquées, ces technologies peuvent être incompatibles ou incohérentes avec le portefeuille IT existant. La dette informatique augmente en conséquence car les standards technologiques ne sont pas correctement appliqués.

Shadow IT

Les départements IT ne sont pas au courant des technologies utilisées par les équipes de développement ou les autres services de l'entreprise, ce qui augmente le risque de non-conformité ainsi que des flux de données non contrôlées.

Augmentation des risques informatiques

L'utilisation de technologies qui ne sont pas recommandées ou obsolètes augmente les risques IT pouvant entraîner de graves problèmes de sécurité. Si les technologies ne sont pas mises à jour régulièrement, des anomalies mineures à première vue peuvent rapidement conduire à des réactions en chaîne aux conséquences majeures.

Reprendre le contrôle du portefeuille technologique de l'entreprise

Pour reprendre le contrôle du portefeuille de technologies, rationaliser le nombre de technologies et veiller à ce que toutes les parties prenantes de l'entreprise utilisent des technologies approuvées, les architectes d'entreprise doivent s’assurer de mettre en place les points suivants :

1.    Faire l’inventaire des technologies

L'inventaire des technologies incluant les cycles de vie (date de sortie, fin de vie) et les éditeurs, permettent aux architectes d'entreprise d’avoir une vue globale des technologies utilisées dans l’entreprise.

Cet inventaire peut être réalisé grâce aux informations extraites de CMDB présentes dans l’entreprise. D’autre part, des bibliothèques externes contenant des informations sur les cycles de vie permettent de compléter cet inventaire.

Les technologies en cours de demande par les différents services (équipes de développement, architectes, équipes de projet locales), mais pas encore en production ni standardisées, doivent aussi être ajoutées à cet inventaire.

Une fois l’inventaire terminé, les technologies sont reliées aux applications par les architectes d’entreprise, elles-mêmes reliées aux capacités métiers qu’elles soutiennent. Grâce à ce mappage, les architectes d'entreprise peuvent clairement comprendre l'impact d'une technologie sur les métiers.

 

2. Définir les standards technologiques

Les architectes d'entreprise sélectionnent les technologies à évaluer en tant que standard, en fonction de l'inventaire actuel ou des demandes formulées par les équipes de développement ou d’autre services.

Pour évaluer ces technologies, divers paramètres peuvent être pris en compte, tels que les applications qu’elles soutiennent et, indirectement, les capacités métier, la dépendance à un éditeur logiciel ou leur cycle de vie. Les architectes d’entreprise peuvent ainsi mettre à jour le cycle de vie d’une technologie comme suit :

  • Envisagée : la technologie est actuellement évaluée pour une utilisation future.
  • Émergente : la technologie n’est pas encore complètement connue ni pleinement déployée.
  • Confirmée : la technologie est disponible et les différentes parties prenantes de l’entreprise ont une bonne connaissance de la technologie.
  • Obsolète : la technologie est obsolète et peut être risquée. Elle doit être retirée et remplacée.

Une fois l'évaluation terminée, l'architecte d'entreprise peut décider si les technologies sont conformes ou non aux standards de l'entreprise, et définissent un état pour chaque technologie :

  • Approuvée : cet état est donné pour les technologies reconnues comme étant un standard et devant être utilisées.
  • Autorisée : cet état concerne les technologies dont l'utilisation est autorisée mais pas recommandée. Certaines restrictions peuvent s'appliquer, par exemple une formation spécifique est requise ou la technologie est sur le point de ne plus être supportée.
  • Interdite : cet état concerne les technologies non autorisées. Les technologies interdites doivent être clairement communiquées au sein de l’entreprise.

 

3. Communiquer l’état du portefeuille technologique dans l’entreprise

Une fois que l’état des technologies a été défini, les architectes d’entreprise peuvent le communiquer avec les différentes parties prenantes de l’entreprise en veillant à ce qu’elles n’utilisent pas de technologies interdites. Le statut technologique peut être partagé via un portail accessible à l'ensemble de l’entreprise ou au sein d'outils utilisés quotidiennement.

 

4. Planifiez les projets de suppression ou de mise à jour des technologies

Pour supprimer ou mettre à jour les technologies utilisées, il est recommandé de créer un portefeuille de projets qui décrivent la raison pour laquelle une technologie doit être supprimée ou mise à jour, ainsi qu'un calendrier, les coûts et les ressources impliquées.

Les projets peuvent ensuite être hiérarchisés en fonction de divers critères tels que l'alignement stratégique et l'impact métier. Une fois la hiérarchisation terminée, les architectes d'entreprise peuvent suivre leur exécution jusqu'à leur achèvement. Cette étape permet aux départements IT de mettre à jour ou supprimer efficacement les technologies à partir des recommandations des architectes d’entreprise.

 

À l'ère digitale, les entreprises se doivent de fournir des produits plus rapidement et de façon agile. Grâce à la définition de standards technologiques, les architectes d’entreprise permettent aux entreprises de réduire le nombre de technologies, ainsi que leurs coûts, tout en garantissant que les projets utilisent des technologies approuvées ou autorisées. En gérant un nombre limité de technologies, les équipes de développement sont mieux formées pour les utiliser. Globalement, cela permet de réduire les risques technologiques tout en réalisant d'importantes économies d'échelle, de sorte que les entreprises fournissent des produits plus cohérents avec une expérience client améliorée.