annuler
Affichage des résultats de 
Rechercher plutôt 
Vouliez-vous dire : 

A "l’ère du client", il est urgent de transformer les pratiques d’architecture d’entreprise

0
0
l'ère du client va transformer l'Architecture d'Entreprise

C’est sur ces points qu’Henry Perret, Principal Analyst chez Forrester Research s’est concentré lors de sa présentation à notre évènement du 21 Juin : L’architecture d’entreprise au service de la transformation.

Les entreprises doivent repenser leur processus en intégrant l’expérience client

Avec la transformation digitale, "les entreprises ne sont plus le centre de leur écosystème, ce sont désormais les clients qui établissent leur propre écosystème, dans lequel les entreprises doivent s’intégrer". Ces nouveaux parcours clients correspondent à des processus, et c’est leur modélisation et les analyses associées qui permettent de réaliser la nécessaire transformation des métiers. Par exemple, dans le domaine bancaire, avec l’émergence des agrégateurs utilisant les Big Data, les banques sont en retard en matière de transformation digitale et sont en train de perdre la relation avec leurs clients. Les applications mobiles des agrégateurs facilitent la vie du consommateur en lui fournissant une vue consolidée de l'ensemble de ses comptes bancaires, qu'ils soient domiciliés dans un seul ou plusieurs établissements. "Pour que l’architecture moderne puisse adopter une approche orientée résultats pour le client, il faut comprendre ses nouveaux parcours avant de les digitaliser dans leur totalité".

Les entreprises doivent redéfinir leur stratégie en tenant compte des nouvelles technologies

Le marché est en pleine révolution, mais les pratiques pas encore. Si 70% des entreprises* ont pour priorité d’améliorer l’expérience de leurs clients dans l’année à venir, seulement 33%* pensent qu’impliquer plus les métiers dans la définition des priorités IT est nécessaire, et une petite minorité, 17%*, ont prévu de faire évoluer leur business modèles. Pour Henry Perret "de nouvelles problématiques émergent dans l’architecture d’entreprise, le désir d’évoluer est là, mais dans la réalité les pratiques ne changent pas. Par exemple, il y a encore un cruel manque de connexion entre l’architecture et les métiers."

Les entreprises doivent adopter une approche collaborative et ne plus suivre les schémas "top-down" qui ne permettent pas de travailler ensemble efficacement. Il est donc devenu urgent pour les entreprises de repenser leur stratégie. C’est l’architecture d’entreprise qui va leur permettre de capturer cette nouvelle stratégie en les aidant à identifier les facteurs de changement. Les entreprises peuvent ensuite définir les objectifs qui vont leur permettre de créer leur feuille de route, et de définir les capacités, à chacune de leurs étapes.

L’architecture d’entreprise classique doit alors être repensée, et les nouveaux écosystèmes créés par les technologies du Cloud et du Saas fournissent un excellent levier de transformation qui facilite la transition digitale. Grâce au Cloud, les équipes IT vont pouvoir être moins embarrassés des aspects techniques et fonctionnels de l’architecture d’entreprise, et se concentrer plus sur l’innovation.

Devenir agile

L’architecture d’entreprise moderne doit s’adapter aux nouveaux besoins clients, c’est-à-dire réussir à jongler avec les nombreux nouveaux systèmes que cela entraine : d’enregistrement, d’engagement, d’automatisation, etc. Les entreprises doivent alors prévoir une gouvernance propre à chacun d’eux, car "améliorer l’expérience client c’est réussir à connecter tous ces systèmes". Elles ont donc besoin d’une informatique agile – via la rationalisation du portefeuille IT -  et d’une capacité à pouvoir évaluer différents scénarios de transformation, tout en tenant compte des nouveaux besoins métiers.

Par ailleurs, ces stratégies de gouvernance sont désormais beaucoup plus mouvantes qu’auparavant car elles s’adaptent aux besoins changeants des clients, "il faut pouvoir adapter l’exécution de ces stratégies qui changent tout le temps, car on parle désormais de stratégie à 3 mois et non à 1 an". D’un point de vue budgétaire, le financement de cette transformation ne peut pas être annuelle puisque son approche est incrémentale, elle doit donc être plus souple et plus flexible afin de couvrir tous les investissements nécessaires, "et c’est pourtant un point de blocage majeur que Forrester observe régulièrement dans les entreprises". 

Pour réussir leur transformation digitale, les entreprises ne doivent plus se focaliser uniquement sur leur excellence opérationnelle mais aussi sur leur capacité à régulièrement produire des innovations, tout en limitant les risques pour leurs clients. La gestion et mitigation des risques est uniquement possible lorsque leur probabilité de réalisation et impacts potentiels sur les processus et les ressources IT peuvent être mesurés. 

Sans agilité, l’innovation est-elle possible au bon rythme, au bon cout et sans risque ?

*Forrester’s Global Business Technographics Priorities and Journeys Survey, 2016

Comment
Senior Member

C’est sur ces points qu’Henry Perret, Principal Analyst chez Forrester Research s’est concentré lors de sa présentation à notre évènement du 21 Juin : L’architecture d’entreprise au service de la transformation.

Les entreprises doivent repenser leur processus en intégrant l’expérience client

Avec la transformation digitale, "les entreprises ne sont plus le centre de leur écosystème, ce sont désormais les clients qui établissent leur propre écosystème, dans lequel les entreprises doivent s’intégrer". Ces nouveaux parcours clients correspondent à des processus, et c’est leur modélisation et les analyses associées qui permettent de réaliser la nécessaire transformation des métiers. Par exemple, dans le domaine bancaire, avec l’émergence des agrégateurs utilisant les Big Data, les banques sont en retard en matière de transformation digitale et sont en train de perdre la relation avec leurs clients. Les applications mobiles des agrégateurs facilitent la vie du consommateur en lui fournissant une vue consolidée de l'ensemble de ses comptes bancaires, qu'ils soient domiciliés dans un seul ou plusieurs établissements. "Pour que l’architecture moderne puisse adopter une approche orientée résultats pour le client, il faut comprendre ses nouveaux parcours avant de les digitaliser dans leur totalité".

Les entreprises doivent redéfinir leur stratégie en tenant compte des nouvelles technologies

Le marché est en pleine révolution, mais les pratiques pas encore. Si 70% des entreprises* ont pour priorité d’améliorer l’expérience de leurs clients dans l’année à venir, seulement 33%* pensent qu’impliquer plus les métiers dans la définition des priorités IT est nécessaire, et une petite minorité, 17%*, ont prévu de faire évoluer leur business modèles. Pour Henry Perret "de nouvelles problématiques émergent dans l’architecture d’entreprise, le désir d’évoluer est là, mais dans la réalité les pratiques ne changent pas. Par exemple, il y a encore un cruel manque de connexion entre l’architecture et les métiers."

Les entreprises doivent adopter une approche collaborative et ne plus suivre les schémas "top-down" qui ne permettent pas de travailler ensemble efficacement. Il est donc devenu urgent pour les entreprises de repenser leur stratégie. C’est l’architecture d’entreprise qui va leur permettre de capturer cette nouvelle stratégie en les aidant à identifier les facteurs de changement. Les entreprises peuvent ensuite définir les objectifs qui vont leur permettre de créer leur feuille de route, et de définir les capacités, à chacune de leurs étapes.

L’architecture d’entreprise classique doit alors être repensée, et les nouveaux écosystèmes créés par les technologies du Cloud et du Saas fournissent un excellent levier de transformation qui facilite la transition digitale. Grâce au Cloud, les équipes IT vont pouvoir être moins embarrassés des aspects techniques et fonctionnels de l’architecture d’entreprise, et se concentrer plus sur l’innovation.

Devenir agile

L’architecture d’entreprise moderne doit s’adapter aux nouveaux besoins clients, c’est-à-dire réussir à jongler avec les nombreux nouveaux systèmes que cela entraine : d’enregistrement, d’engagement, d’automatisation, etc. Les entreprises doivent alors prévoir une gouvernance propre à chacun d’eux, car "améliorer l’expérience client c’est réussir à connecter tous ces systèmes". Elles ont donc besoin d’une informatique agile – via la rationalisation du portefeuille IT -  et d’une capacité à pouvoir évaluer différents scénarios de transformation, tout en tenant compte des nouveaux besoins métiers.

Par ailleurs, ces stratégies de gouvernance sont désormais beaucoup plus mouvantes qu’auparavant car elles s’adaptent aux besoins changeants des clients, "il faut pouvoir adapter l’exécution de ces stratégies qui changent tout le temps, car on parle désormais de stratégie à 3 mois et non à 1 an". D’un point de vue budgétaire, le financement de cette transformation ne peut pas être annuelle puisque son approche est incrémentale, elle doit donc être plus souple et plus flexible afin de couvrir tous les investissements nécessaires, "et c’est pourtant un point de blocage majeur que Forrester observe régulièrement dans les entreprises". 

Pour réussir leur transformation digitale, les entreprises ne doivent plus se focaliser uniquement sur leur excellence opérationnelle mais aussi sur leur capacité à régulièrement produire des innovations, tout en limitant les risques pour leurs clients. La gestion et mitigation des risques est uniquement possible lorsque leur probabilité de réalisation et impacts potentiels sur les processus et les ressources IT peuvent être mesurés. 

Sans agilité, l’innovation est-elle possible au bon rythme, au bon cout et sans risque ?

*Forrester’s Global Business Technographics Priorities and Journeys Survey, 2016