annuler
Affichage des résultats de 
Rechercher plutôt 
Vouliez-vous dire : 

4 tendances technologiques disruptives et leurs impacts sur l’architecture d’entreprise

Tendances disruptives & architecture d'entreprise.jpg
2220
0

Nous avons sélectionné quatre tendances technologiques disruptives, et analysé leurs impacts sur le rôle et la fonction de l’architecture d’entreprise.

1. La digitalisation des entreprises : automatisation, APIsation et agilité

L’amélioration de l’expérience client via la digitalisation des processus, c’est-à-dire leur automatisation, est clé pour optimiser les parcours clients et proposer des nouveaux services plus performants. Cela concerne aussi l’« APIsation » des SI, afin de faciliter les échanges entre tous les partenaires d’un même écosystème, au service du développement de nouveaux services. L’agilité est quant à elle, devenue une approche incontournable pour s’adapter aux transformations du marché, en constante évolution.

Quelles évolutions pour l’architecture d’entreprise dans ce contexte ?

L’architecture d’entreprise permet de cartographier le parcours client, et de relier les différents points de contact aux processus métier existants. Cette démarche va devenir clé pour faciliter l’optimisation des processus, et par la suite l’automatisation des parcours clients.

De la même manière, l’architecture d’entreprise va jouer un rôle d’accélérateur dans le processus d’APIsation, car elle permet de cartographier l’ensemble des flux de données entre les applications de façon précise, ce qui va faciliter l’intégration.

Enfin, l’architecture d’entreprise va devoir s’orienter vers une architecture agile ou « juste-à-temps » qui évolue en fonction des changements continus du marché et des développements. Les équipes d’architecture d’entreprise devront travailler de façon plus étroite avec les équipes agiles pour communiquer la vision globale de l’entreprise et casser les silos.

2. La gestion des données

Les données sont désormais au centre de la stratégie de l’entreprise. Il s’agit de les collecter, de les stocker, de les organiser, et de les protéger. Mais il s’agit aussi de les interpréter afin d’en exploiter toute la valeur, au service de l’innovation métier. C’est l’un des défis des entreprises auquel s’ajoute celui de la consolidation de la mise en conformité à la nouvelle règlementation européenne sur la protection de la vie privée et des données personnelles entrée en vigueur en 2018, le RGPD.

Quelles évolutions pour l’architecture d’entreprise dans ce contexte ?

L’architecte d’entreprise permet d’apporter de la clarté et de faciliter la compréhension dans la multitude des données collectées, traitées et gérées par l’entreprise. Elle permet de créer des dictionnaires de données, cartographier des modèles sémantiques pour construire une représentation métier des échanges de données, mais aussi modéliser les bases de données existantes de façon logique. Enfin grâce à une vue claire des processus et des applications traitant des données, elle permet également d’accélérer la mise en conformité au RGPD.

3. Le Digital Twin

Une autre tendance souvent associée à l’IoT (Internet of Things), est celle du « Digital Twin » ou « Jumeau Numérique » qui consiste à créer une réplique numérique d’une entreprise afin d’en optimiser ses performances et les processus associés. Le Digital Twin utilise en effet les données réelles pour valider les modèles, les corriger et les faire évoluer pour améliorer le processus de transformation métier.

Quelles évolutions pour l’architecture d’entreprise dans ce contexte ?

L’architecture d’entreprise permet de modéliser l’architecture métier, applicative et technique d’une entreprise. Ces modèles d’architecture pourront être ensuite alimentés avec des données réelles qui pourront être analysés, notamment en utilisant le data mining (ou l’exploration des données qui permet de trouver des structures intéressantes ou des motifs). Ceci va permettre d’identifier les différences de fonctionnement entre les représentations théoriques et la réalité, et ainsi d’identifier les zones d’optimisation ou de défaillance des systèmes que l’on croyait fonctionner correctement. La correction de ces dysfonctionnements permet d’optimiser le fonctionnement de l’organisation, et de s’assurer que la stratégie est bien exécutée, à un coût minimum.

4. L’Intelligence Artificielle

Les outils à base d’Intelligence Artificielle ne sont bien sûr pas en reste. Notamment en matière dutilisation intelligente de données, de reconnaissance vocale, et de chatbots intelligents capables de répondre aux clients. Il s’agit de libérer les collaborateurs de tâches répétitives afin qu’ils utilisent leur temps plus efficacement. D’ailleurs, Gartner prédit que 25% des opérations de service client utiliseront des assistants virtuels d’ici 2020.

Quelles évolutions pour l’architecture d’entreprise dans ce contexte ?

L’intelligence artificielle implique de repenser l’ensemble de ses processus métier. Il existe d’ores et déjà de nombreuses technologies d’intelligence artificielle disponibles comme la reconnaissance vocale ou les recommandations à partir des choix précédents (par exemple : Netflix). En intégrant ces technologies dans l’entreprise, cela implique de modifier les processus actuels, en particulier ceux concernant les interactions avec les clients. Si les entreprises étaient déjà en cours de digitaliser leurs processus, il faudrait maintenant prendre en considération l’impact de l’intégration de l’intelligence artificielle dans son mode de fonctionnement. L’architecture d’entreprise facilite ce changement en apportant une vision stratégique globale aux décideurs qui va de la planification des métiers jusqu’aux technologies.

Dans ce contexte hautement disruptif, l’architecte d’entreprise se doit d’être un partenaire à la hauteur du défi que représente la transformation digitale des entreprises. C’est une condition indispensable pour être en mesure de concevoir les innovations de demain. L’architecte d’entreprise doit émettre des recommandations stratégiques, ainsi que comprendre et évaluer les opportunités métier liées à ces nouvelles technologies. Il doit aussi évaluer l’impact des nouvelles technologies sur l’architecture informatique, et définir un écosystème global - constitué de la valeur générée par les connexions entre les personnes, les processus, les entreprises, les applications, le contenu et, de plus en plus, les "choses" (« things » dans Internet of Things) - qui va bien au-delà d’aspects purement techniques ou métiers.


Traduction du post anglais 4 Disruptive Technology Trends Impacting Enterprise Architecture

2220
0
Comment

Nous avons sélectionné quatre tendances technologiques disruptives, et analysé leurs impacts sur le rôle et la fonction de l’architecture d’entreprise.

1. La digitalisation des entreprises : automatisation, APIsation et agilité

L’amélioration de l’expérience client via la digitalisation des processus, c’est-à-dire leur automatisation, est clé pour optimiser les parcours clients et proposer des nouveaux services plus performants. Cela concerne aussi l’« APIsation » des SI, afin de faciliter les échanges entre tous les partenaires d’un même écosystème, au service du développement de nouveaux services. L’agilité est quant à elle, devenue une approche incontournable pour s’adapter aux transformations du marché, en constante évolution.

Quelles évolutions pour l’architecture d’entreprise dans ce contexte ?

L’architecture d’entreprise permet de cartographier le parcours client, et de relier les différents points de contact aux processus métier existants. Cette démarche va devenir clé pour faciliter l’optimisation des processus, et par la suite l’automatisation des parcours clients.

De la même manière, l’architecture d’entreprise va jouer un rôle d’accélérateur dans le processus d’APIsation, car elle permet de cartographier l’ensemble des flux de données entre les applications de façon précise, ce qui va faciliter l’intégration.

Enfin, l’architecture d’entreprise va devoir s’orienter vers une architecture agile ou « juste-à-temps » qui évolue en fonction des changements continus du marché et des développements. Les équipes d’architecture d’entreprise devront travailler de façon plus étroite avec les équipes agiles pour communiquer la vision globale de l’entreprise et casser les silos.

2. La gestion des données

Les données sont désormais au centre de la stratégie de l’entreprise. Il s’agit de les collecter, de les stocker, de les organiser, et de les protéger. Mais il s’agit aussi de les interpréter afin d’en exploiter toute la valeur, au service de l’innovation métier. C’est l’un des défis des entreprises auquel s’ajoute celui de la consolidation de la mise en conformité à la nouvelle règlementation européenne sur la protection de la vie privée et des données personnelles entrée en vigueur en 2018, le RGPD.

Quelles évolutions pour l’architecture d’entreprise dans ce contexte ?

L’architecte d’entreprise permet d’apporter de la clarté et de faciliter la compréhension dans la multitude des données collectées, traitées et gérées par l’entreprise. Elle permet de créer des dictionnaires de données, cartographier des modèles sémantiques pour construire une représentation métier des échanges de données, mais aussi modéliser les bases de données existantes de façon logique. Enfin grâce à une vue claire des processus et des applications traitant des données, elle permet également d’accélérer la mise en conformité au RGPD.

3. Le Digital Twin

Une autre tendance souvent associée à l’IoT (Internet of Things), est celle du « Digital Twin » ou « Jumeau Numérique » qui consiste à créer une réplique numérique d’une entreprise afin d’en optimiser ses performances et les processus associés. Le Digital Twin utilise en effet les données réelles pour valider les modèles, les corriger et les faire évoluer pour améliorer le processus de transformation métier.

Quelles évolutions pour l’architecture d’entreprise dans ce contexte ?

L’architecture d’entreprise permet de modéliser l’architecture métier, applicative et technique d’une entreprise. Ces modèles d’architecture pourront être ensuite alimentés avec des données réelles qui pourront être analysés, notamment en utilisant le data mining (ou l’exploration des données qui permet de trouver des structures intéressantes ou des motifs). Ceci va permettre d’identifier les différences de fonctionnement entre les représentations théoriques et la réalité, et ainsi d’identifier les zones d’optimisation ou de défaillance des systèmes que l’on croyait fonctionner correctement. La correction de ces dysfonctionnements permet d’optimiser le fonctionnement de l’organisation, et de s’assurer que la stratégie est bien exécutée, à un coût minimum.

4. L’Intelligence Artificielle

Les outils à base d’Intelligence Artificielle ne sont bien sûr pas en reste. Notamment en matière dutilisation intelligente de données, de reconnaissance vocale, et de chatbots intelligents capables de répondre aux clients. Il s’agit de libérer les collaborateurs de tâches répétitives afin qu’ils utilisent leur temps plus efficacement. D’ailleurs, Gartner prédit que 25% des opérations de service client utiliseront des assistants virtuels d’ici 2020.

Quelles évolutions pour l’architecture d’entreprise dans ce contexte ?

L’intelligence artificielle implique de repenser l’ensemble de ses processus métier. Il existe d’ores et déjà de nombreuses technologies d’intelligence artificielle disponibles comme la reconnaissance vocale ou les recommandations à partir des choix précédents (par exemple : Netflix). En intégrant ces technologies dans l’entreprise, cela implique de modifier les processus actuels, en particulier ceux concernant les interactions avec les clients. Si les entreprises étaient déjà en cours de digitaliser leurs processus, il faudrait maintenant prendre en considération l’impact de l’intégration de l’intelligence artificielle dans son mode de fonctionnement. L’architecture d’entreprise facilite ce changement en apportant une vision stratégique globale aux décideurs qui va de la planification des métiers jusqu’aux technologies.

Dans ce contexte hautement disruptif, l’architecte d’entreprise se doit d’être un partenaire à la hauteur du défi que représente la transformation digitale des entreprises. C’est une condition indispensable pour être en mesure de concevoir les innovations de demain. L’architecte d’entreprise doit émettre des recommandations stratégiques, ainsi que comprendre et évaluer les opportunités métier liées à ces nouvelles technologies. Il doit aussi évaluer l’impact des nouvelles technologies sur l’architecture informatique, et définir un écosystème global - constitué de la valeur générée par les connexions entre les personnes, les processus, les entreprises, les applications, le contenu et, de plus en plus, les "choses" (« things » dans Internet of Things) - qui va bien au-delà d’aspects purement techniques ou métiers.


Traduction du post anglais 4 Disruptive Technology Trends Impacting Enterprise Architecture