annuler
Affichage des résultats de 
Afficher  uniquement  | Rechercher plutôt 
Vouliez-vous dire : 

3 Clés pour réussir son projet de transformation numérique

3 Clés pour réussir son projet de transformation numérique
17880
0

Le 17 juin dernier à Paris, le forum CXP - cabinet d’analyse et de conseil en solutions logicielles – a axé sa conférence sur la transformation numérique et plus particulièrement sur les éléments indispensables à prendre en compte pour réussir cette transformation. La présentation faite par le cabinet de conseil Mc Kinsey  a tout particulièrement retenu mon attention. Après cette journée de présentations, voici trois étapes clé qui, j’en suis convaincue, sont indispensables pour mener à bien un projet de transformation numérique :

1. Rationaliser son SI est une étape incontournable : la pression financière sur les DSI n’a jamais été aussi forte. Dans de nombreux groupes, la simple continuité du service, assurée par les systèmes traditionnels avale jusqu’à 70% des budgets informatiques, dans ces conditions comment mettre en œuvre les nouvelles technologies qui permettraient d’offrir de nouveaux services innovants ?

Je pense qu’une démarche de rationalisation de son SI est indispensable pour permettre de comprendre d’où vient l’hémorragie. L’inventaire du portefeuille applicatif de l’entreprise est essentiel mais ne suffit pas : il faut que ce référentiel englobe également les technologies sous-jacentes comme les composants d’infrastructure, pour avoir une vision exacte des ressources, de leur usage et de leur utilité. En outre, il faut pouvoir transformer toutes ces données en informations exploitables qui elles seules permettent de bâtir des scénarios d’évolution et d’aide à la décision au service des projets de transformation digitale.

2. Il ne faut pas confondre orientation client et agilité commerciale : on parle beaucoup d’une entreprise focalisée sur l’expérience client comme l’un des piliers de la transformation digitale. Le passage d’une logique de l’offre de produits à celle de services, ainsi que l’analyse du comportement et du parcours client sont des priorités dans les mondes btoc et btob.

En revanche, on parle moins de l’agilité commerciale qui est la capacité, pour une organisation, d’introduire rapidement, de manière agile, une nouvelle offre de promotion, ou même un nouveau business modèle. C’est ce qui oppose les acteurs traditionnels qui disposent d’un système d’information centré sur un back office métier très solide, aux « pure players » dont le système d’information orienté marketing et offres permet une meilleure réactivité commerciale.

L’architecture du système d’information est selon moi la clé pour permettre à l’entreprise de gagner en agilité. Elle seule lui donne une vision complète de son système d’information, de ses capacités et de ses ressources permettant de prendre des décisions en toute connaissance de cause.

3. Tout projet doit trouver son rythme mais la préparation avant-projet est essentielle : l’un des principaux problèmes du DSI est sa relation au temps. Temps long car la FNAC ne peut se transformer en Amazon en un jour. Temps court car le service marketing refusera d’attendre deux ans pour qu’on développe l’application dont il a besoin.

Le concept de transformation progressive, ou par paliers, permet de réconcilier les deux temporalités. Il faut avoir une vision et une stratégie long terme, tout en visant des résultats par paliers de 3 à 6 mois pour les métiers. On réduit ainsi la probabilité d’échec ou de mise à l’écart des DSI lors de projets de transformation.

Ce rythme de gestion de projet ne doit pourtant pas minimiser l’importance selon moi, de la préparation au changement :

  • Créer une vue alignée des besoins et capacités de l’IT et des métiers, pour définir une organisation cible commune aux deux ;
  • S’outiller pour planifier le projet, comme on l’a vu plus haut avec la conception d’un référentiel des actifs IT ;
  • Evaluer les compétences humaines existantes ;
  • Et concevoir un plan de communication du projet de transformation qui montre comment chaque étape rapproche de l’objectif stratégique recherché.

Face à la complexité grandissante des organisations et des projets de transformation métier, il est aujourd’hui indispensable d’outiller les DSI. Ils ont besoin d’avoir une vue dynamique du modèle existant afin de prendre des décisions éclairées et piloter avec succès les projets de transformation. Ce n'est qu'à ce prix qu'ils pourront réellement gérer cette complexité.

17880
0
Comment
New Member

Le 17 juin dernier à Paris, le forum CXP - cabinet d’analyse et de conseil en solutions logicielles – a axé sa conférence sur la transformation numérique et plus particulièrement sur les éléments indispensables à prendre en compte pour réussir cette transformation. La présentation faite par le cabinet de conseil Mc Kinsey  a tout particulièrement retenu mon attention. Après cette journée de présentations, voici trois étapes clé qui, j’en suis convaincue, sont indispensables pour mener à bien un projet de transformation numérique :

1. Rationaliser son SI est une étape incontournable : la pression financière sur les DSI n’a jamais été aussi forte. Dans de nombreux groupes, la simple continuité du service, assurée par les systèmes traditionnels avale jusqu’à 70% des budgets informatiques, dans ces conditions comment mettre en œuvre les nouvelles technologies qui permettraient d’offrir de nouveaux services innovants ?

Je pense qu’une démarche de rationalisation de son SI est indispensable pour permettre de comprendre d’où vient l’hémorragie. L’inventaire du portefeuille applicatif de l’entreprise est essentiel mais ne suffit pas : il faut que ce référentiel englobe également les technologies sous-jacentes comme les composants d’infrastructure, pour avoir une vision exacte des ressources, de leur usage et de leur utilité. En outre, il faut pouvoir transformer toutes ces données en informations exploitables qui elles seules permettent de bâtir des scénarios d’évolution et d’aide à la décision au service des projets de transformation digitale.

2. Il ne faut pas confondre orientation client et agilité commerciale : on parle beaucoup d’une entreprise focalisée sur l’expérience client comme l’un des piliers de la transformation digitale. Le passage d’une logique de l’offre de produits à celle de services, ainsi que l’analyse du comportement et du parcours client sont des priorités dans les mondes btoc et btob.

En revanche, on parle moins de l’agilité commerciale qui est la capacité, pour une organisation, d’introduire rapidement, de manière agile, une nouvelle offre de promotion, ou même un nouveau business modèle. C’est ce qui oppose les acteurs traditionnels qui disposent d’un système d’information centré sur un back office métier très solide, aux « pure players » dont le système d’information orienté marketing et offres permet une meilleure réactivité commerciale.

L’architecture du système d’information est selon moi la clé pour permettre à l’entreprise de gagner en agilité. Elle seule lui donne une vision complète de son système d’information, de ses capacités et de ses ressources permettant de prendre des décisions en toute connaissance de cause.

3. Tout projet doit trouver son rythme mais la préparation avant-projet est essentielle : l’un des principaux problèmes du DSI est sa relation au temps. Temps long car la FNAC ne peut se transformer en Amazon en un jour. Temps court car le service marketing refusera d’attendre deux ans pour qu’on développe l’application dont il a besoin.

Le concept de transformation progressive, ou par paliers, permet de réconcilier les deux temporalités. Il faut avoir une vision et une stratégie long terme, tout en visant des résultats par paliers de 3 à 6 mois pour les métiers. On réduit ainsi la probabilité d’échec ou de mise à l’écart des DSI lors de projets de transformation.

Ce rythme de gestion de projet ne doit pourtant pas minimiser l’importance selon moi, de la préparation au changement :

  • Créer une vue alignée des besoins et capacités de l’IT et des métiers, pour définir une organisation cible commune aux deux ;
  • S’outiller pour planifier le projet, comme on l’a vu plus haut avec la conception d’un référentiel des actifs IT ;
  • Evaluer les compétences humaines existantes ;
  • Et concevoir un plan de communication du projet de transformation qui montre comment chaque étape rapproche de l’objectif stratégique recherché.

Face à la complexité grandissante des organisations et des projets de transformation métier, il est aujourd’hui indispensable d’outiller les DSI. Ils ont besoin d’avoir une vue dynamique du modèle existant afin de prendre des décisions éclairées et piloter avec succès les projets de transformation. Ce n'est qu'à ce prix qu'ils pourront réellement gérer cette complexité.