Bienvenue dans Blog FR - Transformation métier et IT

annuler
Affichage des résultats de 
Rechercher plutôt 
Vouliez-vous dire : 

Pourquoi MEGA conforte sa position de leader sur le marché de l’architecture d’entreprise

0
0
Why MEGA Continues to be a Leader in the EA Market

Tout et son contraire a été dit à propos de l’architecture d’entreprise : c’est stratégique, ça n’a aucune utilité, c’est la clé pour réussir la transformation numérique, c’est une activité du passé, c’est juste des cadres et des standards (les fameux frameworks), c’est trop lourd… Au point qu’on finit par se demander s’il ne s’agit pas d’une chimère.

Où sont les architectes d’entreprise qui créent de la valeur ? Qu’ils parlent ! Qu’ils nous expliquent comment ils réussissent ! Depuis sa naissance il y a 25 ans (cher John, si vous lisez ceci, cet article vous est dédié ! Et une cordiale pensée, à la perspective de votre 80e anniversaire) l’architecture d’entreprise est débattue avec autant de passion et de ferveur qu’au premier jour. LinkedIn et d’autres lieux de forum regorgent de conversations tout aussi interminables que stériles sur ce que l’architecture d’entreprise est, n’est pas, devrait être mais ne peut encore être... Lorsqu’un pas en avant concret y est esquissé, vite on trouve moyen de refaire cinq pas en arrière.

Pourtant… Avez-vous lu cet article en anglais  “Is Enterprise Architecture Completely Broken?”, de Jason Bloomberg, publié en juillet 2014 dans la section Technologies de Forbes? Une conversation stérile de plus ? Pas du tout : l’article nous renvoie au thème d’un billet publié récemment sur notre blog : “What would you say you do here?”. Il fait le point sur la valeur perçue du travail d’architecte d’entreprise : s’il veut créer de la valeur, il doit réinventer son rôle, prendre du recul vis-à-vis des standards et de la documentation pour la documentation, saisir des initiatives qui changent la donne dans l’entreprise et se rapprocher des décideurs économiques. Rien de bien neuf, me direz-vous… Pour revenir alors à l’article de Jason Bloomberg, sa phrase la plus drôle est certainement celle-ci : « il est cruel de constater que ceux qui sont parvenus à contribuer à de la création de valeur ne se réclament que rarement de l’architecture d’entreprise.»

Pourquoi alors MEGA est-il et reste-t-il un leader incontesté de l’architecture d’entreprise ?

D’abord, et c’est le lien avec le constat amusé de Jason Bloomberg, nous avons compris depuis longtemps que nous devions aussi apporter aux métiers des solutions leur permettant de capter la valeur de l’architecture d’entreprise (par exemple pour l’aide à la décision car la décision économique est chez eux).

Ensuite, concernant l’architecte lui-même, nous l’aidons à réinventer son rôle, pour comprendre ce que les métiers entendent par valeur, et pour la fournir.

Voyez : ma réponse n’est pas « nous supportons tel framework ou apportons telle fonctionnalité ». Non : nous sommes constamment à l’écoute de nos clients, nous les aidons à explorer de nouveaux axes de transformation, et nous différencions les nouvelles compétences nécessaires pour réussir.

Processus et systèmes d’engagement au front office / back office

Par exemple : les clients de l’ère numérique s’invitent maintenant au cœur du système d’information de l’entreprise, du côté du front-office et des systèmes d'engagement, qui par nature les sollicitent. Ils y découvrent les produits et services que, dans le meilleur des cas, ils achètent.
Une fois actée la décision d’achat, ces clients sont orientés vers les processus et systèmes de back-office, pour assurer la complétude de la transaction.

Evidemment, les deux familles de processus et de systèmes front et back, sont intégrés, ou tout au moins interfacés. Mais surtout, ces deux familles exigent des approches et des compétences d’architecture d’entreprise bien distinctes : les mécanismes d’engagement ont potentiellement plus d’impact sur l’image d’une entreprise, et requièrent donc plus d’agilité, des cycles courts d’évolution, tandis que les systèmes de back office nécessitent une juste dose de flexibilité, pour soutenir simultanément les processus numériques et classiques, en garantissant fiabilité et continuité.

Pour former, remodeler et repenser les offres, les organisations et le fonctionnement des systèmes à l’ère digitale, conformément aux décisions stratégiques de changement, les architectes d’entreprise doivent fournir de l’analyse et de l’aide à la décision. C’est ce qu’on attend d’eux aujourd’hui, bien plus encore qu’on attendait hier qu’ils sachent utiliser des techniques de modélisation. Modéliser pour modéliser, c’est non seulement passé de mode, mais quoique nécessaire c’est très insuffisant. Le cœur de compétence des architectes d’entreprise s’est déplacé, vite et loin. Ceux qui ne veulent pas être déventés trouvent chez MEGA des solutions qui les accompagnent dans la transformation de leur propre métier. Nous avons intégré cette évolution et adapté notre offre à cette nouvelle donne. Nous fournissons d’une part des solutions innovantes aux architectes d’entreprise (par exemple la business architecture), mais nous accompagnons aussi les décideurs métier dans leurs analyses et leurs prises de décision.

Réinventer le rôle-même d’architecte d’entreprise changer leur façon de changer, nous ont conduit à nous réinventer nous-mêmes, et à diversifier nos investissements dans des directions complémentaires pour que les architectes d’entreprise de l’ère digitale créent de la valeur métier. C’est pour cela, d’après moi, que nous restons leader sur le marché de l’architecture d’entreprise.

Comment
Senior Member

Tout et son contraire a été dit à propos de l’architecture d’entreprise : c’est stratégique, ça n’a aucune utilité, c’est la clé pour réussir la transformation numérique, c’est une activité du passé, c’est juste des cadres et des standards (les fameux frameworks), c’est trop lourd… Au point qu’on finit par se demander s’il ne s’agit pas d’une chimère.

Où sont les architectes d’entreprise qui créent de la valeur ? Qu’ils parlent ! Qu’ils nous expliquent comment ils réussissent ! Depuis sa naissance il y a 25 ans (cher John, si vous lisez ceci, cet article vous est dédié ! Et une cordiale pensée, à la perspective de votre 80e anniversaire) l’architecture d’entreprise est débattue avec autant de passion et de ferveur qu’au premier jour. LinkedIn et d’autres lieux de forum regorgent de conversations tout aussi interminables que stériles sur ce que l’architecture d’entreprise est, n’est pas, devrait être mais ne peut encore être... Lorsqu’un pas en avant concret y est esquissé, vite on trouve moyen de refaire cinq pas en arrière.

Pourtant… Avez-vous lu cet article en anglais  “Is Enterprise Architecture Completely Broken?”, de Jason Bloomberg, publié en juillet 2014 dans la section Technologies de Forbes? Une conversation stérile de plus ? Pas du tout : l’article nous renvoie au thème d’un billet publié récemment sur notre blog : “What would you say you do here?”. Il fait le point sur la valeur perçue du travail d’architecte d’entreprise : s’il veut créer de la valeur, il doit réinventer son rôle, prendre du recul vis-à-vis des standards et de la documentation pour la documentation, saisir des initiatives qui changent la donne dans l’entreprise et se rapprocher des décideurs économiques. Rien de bien neuf, me direz-vous… Pour revenir alors à l’article de Jason Bloomberg, sa phrase la plus drôle est certainement celle-ci : « il est cruel de constater que ceux qui sont parvenus à contribuer à de la création de valeur ne se réclament que rarement de l’architecture d’entreprise.»

Pourquoi alors MEGA est-il et reste-t-il un leader incontesté de l’architecture d’entreprise ?

D’abord, et c’est le lien avec le constat amusé de Jason Bloomberg, nous avons compris depuis longtemps que nous devions aussi apporter aux métiers des solutions leur permettant de capter la valeur de l’architecture d’entreprise (par exemple pour l’aide à la décision car la décision économique est chez eux).

Ensuite, concernant l’architecte lui-même, nous l’aidons à réinventer son rôle, pour comprendre ce que les métiers entendent par valeur, et pour la fournir.

Voyez : ma réponse n’est pas « nous supportons tel framework ou apportons telle fonctionnalité ». Non : nous sommes constamment à l’écoute de nos clients, nous les aidons à explorer de nouveaux axes de transformation, et nous différencions les nouvelles compétences nécessaires pour réussir.

Processus et systèmes d’engagement au front office / back office

Par exemple : les clients de l’ère numérique s’invitent maintenant au cœur du système d’information de l’entreprise, du côté du front-office et des systèmes d'engagement, qui par nature les sollicitent. Ils y découvrent les produits et services que, dans le meilleur des cas, ils achètent.
Une fois actée la décision d’achat, ces clients sont orientés vers les processus et systèmes de back-office, pour assurer la complétude de la transaction.

Evidemment, les deux familles de processus et de systèmes front et back, sont intégrés, ou tout au moins interfacés. Mais surtout, ces deux familles exigent des approches et des compétences d’architecture d’entreprise bien distinctes : les mécanismes d’engagement ont potentiellement plus d’impact sur l’image d’une entreprise, et requièrent donc plus d’agilité, des cycles courts d’évolution, tandis que les systèmes de back office nécessitent une juste dose de flexibilité, pour soutenir simultanément les processus numériques et classiques, en garantissant fiabilité et continuité.

Pour former, remodeler et repenser les offres, les organisations et le fonctionnement des systèmes à l’ère digitale, conformément aux décisions stratégiques de changement, les architectes d’entreprise doivent fournir de l’analyse et de l’aide à la décision. C’est ce qu’on attend d’eux aujourd’hui, bien plus encore qu’on attendait hier qu’ils sachent utiliser des techniques de modélisation. Modéliser pour modéliser, c’est non seulement passé de mode, mais quoique nécessaire c’est très insuffisant. Le cœur de compétence des architectes d’entreprise s’est déplacé, vite et loin. Ceux qui ne veulent pas être déventés trouvent chez MEGA des solutions qui les accompagnent dans la transformation de leur propre métier. Nous avons intégré cette évolution et adapté notre offre à cette nouvelle donne. Nous fournissons d’une part des solutions innovantes aux architectes d’entreprise (par exemple la business architecture), mais nous accompagnons aussi les décideurs métier dans leurs analyses et leurs prises de décision.

Réinventer le rôle-même d’architecte d’entreprise changer leur façon de changer, nous ont conduit à nous réinventer nous-mêmes, et à diversifier nos investissements dans des directions complémentaires pour que les architectes d’entreprise de l’ère digitale créent de la valeur métier. C’est pour cela, d’après moi, que nous restons leader sur le marché de l’architecture d’entreprise.