Bienvenue dans Blog FR - Transformation métier et IT

annuler
Affichage des résultats de 
Rechercher plutôt 
Vouliez-vous dire : 

Agile et architecture d’entreprise : amis ou ennemis?

0
0
Architecture Entreprise

Une analyse (trop) rapide oppose systématiquement la pratique d’architecture aux méthodes Agile au sein d’une organisation : on définit grossièrement l’architecture d’entreprise comme une planification « à la soviétique » dans un carcan bardé de normes qui ne serait que rigidité. Un mode de fonctionnement dit Agile, par opposition, impliquerait de se détourner de ces rigidités, pour valoriser la réactivité, et la flexibilité dans la conception des nouveaux business models et outils.

Mais qu’est-ce que l’agilité en entreprise ? Difficile d’y répondre, tant il n’existe pas de définition commune à cette pratique. Le Manifeste Agile liste certes des valeurs et principes communs à toute méthode Agile, mais l’agilité est interprétée et appliquée différemment, et plus ou moins rigoureusement selon les entreprises. Il en va de même avec l'architecture d'entreprise.

Ces 2 pratiques ont leurs avantages et leurs inconvénients. Il ne faut pas les opposer mais les utiliser en commun sur leur périmètre de travail et les faire interagir, profiter des avantages de l'un et de l'autre.

Une étude plus détaillée de ces méthodes et de leurs avantages et inconvénients doit permettre une mise en œuvre cohérente dans l’entreprise et surtout complémentaire.
L’architecture d’entreprise doit profiter des espaces Agile pour proposer rapidement des solutions ou des évolutions et adapter le métier et l’informatique à des besoins urgents.
A l’inverse, les projets Agile doivent profiter des lignes directrices et des périmètres fournis par l’architecture d’entreprise afin d’éviter des dérives dans le projet et dans sa mise en œuvre.
Mais l’agilité n'est pas la solution miracle pour tout adapter à toute nouveauté dans la minute !

En effet, l’inconvénient ou la dérive que l’on peut constater dans des projets Agile réside surtout :

  • dans des périmètres non maitrisés avec risque de créer des doublons avec d’autres projets en cours, de ne jamais terminer le projet etc.;
  • dans une innovation débridée en dehors des normes de l’entreprise qui peut mener à des surcouts importants lors des passages en production et en maintenance;

Les normes et directives proposées par l’architecture d’entreprise permettent de minimiser ces dérives.

A l’inverse, l’architecture d’entreprise peut paraitre parfois un peu « lente » et « lourde » dans sa démarche bien organisée, structurée et normalisée. Les projets Agile permettent d’apporter des bouffées d’air frais d’innovation, de rapidité et de flexibilité.

Il est dans les gènes de l’architecture d’entreprise de travailler avec TOUS les projets de l’entreprise. Quelle que soit la méthode ou le type de projet, l’architecture d’entreprise doit veiller à « rester au contact » de tous les projets. Parfois en avance, parfois en retard, aider les projets, les accompagner, les encadrer mais ne pas être un frein sont les défis quotidiens de l’architecte d’entreprise.

Robert Weisman (membre de TheOpenGroup récompensé pour sa participation à TOGAF9) interrogé sur le sujet de l’agilité et de l’architecture d'entreprise lors d’une conférence souligne que le TOGAF a été conçu pour être Agile, pour être mis en œuvre dans tous les contextes et pour toutes tailles d’entreprises. C’est un ensemble de bonnes pratiques pouvant être adapté à chaque cas.

Faire travailler ensemble ces 2 approches, les associer, les faire se parler et se rencontrer régulièrement permet d’optimiser le travail des uns et des autres. Il est important de trouver un juste équilibre entre la partie Agile qui est nécessaire à la transformation rapide et adaptée du système d’information et la partie architecture d'entreprise et gouvernance du système d’information qui assure la cohérence, la pérennité et la pertinence d'un système d’information à long terme.

Comment
New Member

Une analyse (trop) rapide oppose systématiquement la pratique d’architecture aux méthodes Agile au sein d’une organisation : on définit grossièrement l’architecture d’entreprise comme une planification « à la soviétique » dans un carcan bardé de normes qui ne serait que rigidité. Un mode de fonctionnement dit Agile, par opposition, impliquerait de se détourner de ces rigidités, pour valoriser la réactivité, et la flexibilité dans la conception des nouveaux business models et outils.

Mais qu’est-ce que l’agilité en entreprise ? Difficile d’y répondre, tant il n’existe pas de définition commune à cette pratique. Le Manifeste Agile liste certes des valeurs et principes communs à toute méthode Agile, mais l’agilité est interprétée et appliquée différemment, et plus ou moins rigoureusement selon les entreprises. Il en va de même avec l'architecture d'entreprise.

Ces 2 pratiques ont leurs avantages et leurs inconvénients. Il ne faut pas les opposer mais les utiliser en commun sur leur périmètre de travail et les faire interagir, profiter des avantages de l'un et de l'autre.

Une étude plus détaillée de ces méthodes et de leurs avantages et inconvénients doit permettre une mise en œuvre cohérente dans l’entreprise et surtout complémentaire.
L’architecture d’entreprise doit profiter des espaces Agile pour proposer rapidement des solutions ou des évolutions et adapter le métier et l’informatique à des besoins urgents.
A l’inverse, les projets Agile doivent profiter des lignes directrices et des périmètres fournis par l’architecture d’entreprise afin d’éviter des dérives dans le projet et dans sa mise en œuvre.
Mais l’agilité n'est pas la solution miracle pour tout adapter à toute nouveauté dans la minute !

En effet, l’inconvénient ou la dérive que l’on peut constater dans des projets Agile réside surtout :

  • dans des périmètres non maitrisés avec risque de créer des doublons avec d’autres projets en cours, de ne jamais terminer le projet etc.;
  • dans une innovation débridée en dehors des normes de l’entreprise qui peut mener à des surcouts importants lors des passages en production et en maintenance;

Les normes et directives proposées par l’architecture d’entreprise permettent de minimiser ces dérives.

A l’inverse, l’architecture d’entreprise peut paraitre parfois un peu « lente » et « lourde » dans sa démarche bien organisée, structurée et normalisée. Les projets Agile permettent d’apporter des bouffées d’air frais d’innovation, de rapidité et de flexibilité.

Il est dans les gènes de l’architecture d’entreprise de travailler avec TOUS les projets de l’entreprise. Quelle que soit la méthode ou le type de projet, l’architecture d’entreprise doit veiller à « rester au contact » de tous les projets. Parfois en avance, parfois en retard, aider les projets, les accompagner, les encadrer mais ne pas être un frein sont les défis quotidiens de l’architecte d’entreprise.

Robert Weisman (membre de TheOpenGroup récompensé pour sa participation à TOGAF9) interrogé sur le sujet de l’agilité et de l’architecture d'entreprise lors d’une conférence souligne que le TOGAF a été conçu pour être Agile, pour être mis en œuvre dans tous les contextes et pour toutes tailles d’entreprises. C’est un ensemble de bonnes pratiques pouvant être adapté à chaque cas.

Faire travailler ensemble ces 2 approches, les associer, les faire se parler et se rencontrer régulièrement permet d’optimiser le travail des uns et des autres. Il est important de trouver un juste équilibre entre la partie Agile qui est nécessaire à la transformation rapide et adaptée du système d’information et la partie architecture d'entreprise et gouvernance du système d’information qui assure la cohérence, la pérennité et la pertinence d'un système d’information à long terme.